TOGO 2019

La 4ème opération de 7 JOURS POUR 1 FILM film s'est déroulée au Togo du 30 octobre au 13 novembre 2019 en partenariat avec EMERGENCE FILMS FESTIVAL qui avait pour thème ‘’Cinéma d’Afrique, quelle place pour les femmes’’ ? Une approche qui cadrait parfaitement avec la vision de 7 JOURS POUR 1 FILM d’œuvrer pour une meilleure professionnalisation, représentativité et visibilité des femmes dans le secteur du cinéma en Afrique. 

  • L’APPEL A PROJETS 

Un appel a été lancé du 02 septembre au 13 octobre 2019, sur des sujets et genres libres pour le dépôt les scénarios de courts métrages de 10 pages maximum et s’adressait aux femmes originaires et/ou résidentes du TOGO, professionnelles ou amateures, du domaine du cinéma, de l’audiovisuel, des arts, de la communication, scénaristes, auteures ou autodidactes sans restriction d’âge. Au terme des délibérations d’un jury composé de Tania de Montaigne, Pascal Judelewicz, André Ceuterick et Arice Siapi, 10 lauréates ont été retenues mais c’est finalement 9 d’entre elles qui ont été présentées officiellement aux médias lors de la conférence de presse de lancement du festival le 30 octobre à Lomé et qui ont pu participer à la formation. L’une d’elle s’étant désisté pour raisons personnelles.



|       | LAUREATES                                    |  SCENARIOS
| 01 | Mawuto Victoire AGBEMEHIN     | ADJOA
| 02 | Bernice AGBODJINOU                   | A COUP D’EPREUVES
| 03 | Aimée AKAKPO-TOULAN              | FROIDE EST LA NUIT
| 04 | Kossa Lelly ANITE                          | XENOPHOBIA
| 05 | Dissirama  BESSOGA                     | CHAIR DE MA CHERE
| 06 | Roxane DOGAN                               | GENERATION DEUX POINT ZERO
| 07 | Adjo Juliette GAMLI                       | L’ESPERANCE
| 08 | Biguèdiam Clémentine LEMOU    | LE PRECIEUX LIQUIDE ROUGE
| 09 | Jahëna LOUISIN                              | 28 JOURS
| 10 | PEKEMSI Nicole                              | E S S O H A N A
 

  • L’ATELIER DE FORMATION

Les travaux de l’atelier de formation cinéma se sont déroulés du 30 octobre au 6 novembre dans les locaux de l’Institut des Sciences de l’Information, de la Communication et des Arts (ISICA) de l’Université de Lomé partenaire logistique de l’opération.  Ils étaient animés par :

-       Jean Claude Mocik 

-       Olivier Rechou

Les deux responsables de filière Formation et formateurs experts en conception, scénario, réalisation et production, mis à disposition par l’INA (l'Institut National de l'Audiovisuel)  qui accompagnait ainsi pour la 1ère fois 7  JOURS POUR 1 FILM. 

-       Pascal Judelewicz, producteur et cofondateur de l'opération

-       Phillipe Radoux-Bazzini, Directeur photo et encadreur technique atelier et tournage

-       Fabienne Bichet, Directrice de Casting, a encadré les comédiens retenus pour le tournage.

Après 7 jours de formation, les candidates ont bénéficié d’une journée libre pour  réécrire une version plus aboutie de leurs scénarios. Après délibérations des formateurs, le scénario 28 JOURS de Jahëna Louisin a remporté le concours. 

  • LE TOURNAGE DU FILM ISSU DU SCENARIO VAINQUEUR

La réalisation du film 28 JOURS de Jahëna Louisin s’est déroulée du 07 au 13 novembre 2019. Suivant le principe de 7 JOURS POUR 1 FILM, la jeune réalisatrice, était entourée de toutes les autres lauréates qui ont chacune volontairement intégré des postes de responsabilité au sein des différents départements :  production, mise en scène, image, son, régie... 

  • L’AVANT-PREMIÈRE 

L’avant-première de 28 JOURS s’est déroulée le 13 novembre à la salle CANAL OLYMPIA Godopé de Lomé au cours de LA NUIT DE LA SERIE AFRICAINE organisée par CANAL +, et qui marquait également la cérémonie de clôture de EMERGENCE FILMS FESTIVAL, en présence de toutes les lauréates, de l’équipe du film, du grand public, des professionnels du cinéma, invités du festival et media réunis pour la circonstance. 

Film lauréat : 28  JOURS

de Jahëna LOUISIN

Fiction - 10 min - Drame

Le jeune Edem élève seul Pépé, sa fille âgée de 11 ans depuis le décès brutal de sa femme. 

Père et fille arrivent difficilement à retrouver un équilibre à deux sans la présence de leur pilier commun ; mais un événement dans la vie de la petite fille va bousculer leurs rapports…



 Scénario & réalisation : Jahëna Louisin 

Casting : Gentil Houndenou, Deborah Ganda     Kossa Lelly Anite, Abdel Aziz Abdoulaye 

Assistantes Réalisatrices : Aimée Akakpo-Toulan, Bernice Agbodjinou  

Image : Victoire Agbemehin, Dissirama Bessoga 

Directrice De Production : Juliette Gamli  

Making Off : Anite Kossa Lelly  

Son :Caled Boukari, Dieu – Donné Tchani, Clementine Lemou
Maquillage : Merlene Agbodjan -Tonou

Décors :Martine Byll

Costumes : Roxane Dogan   Jahëna Louisin   

Scripte : Roxane Dogan    

Régie :Hélène Bocco   Carine Kpossou    

Machinistes : Songhaï Koyobo   Seidou Safiou  

Electricité : Abdel Aziz Abdoulaye  

Montage :Canisius Aveko  Abdel Aziz Abdoulaye

Montage Son/Mixage : Fabrice Naud   
Caled Boukari

Chauffeur : Koffi Teyi

Production & Distribution : 7 jours pour 1 film

Conseiller technique : Philippe Radoux-Bazzini 

Affiche : Les Polygraphes   

   

Diplômée d’un Master en  Relations Internationales et Sciences Politiques, Jahëna Louisin est une journaliste reporter d’images pour le compte des boites de production locales et de télévisions internationales ; Installée depuis son enfance au Togo, elle est habituée à immortaliser des histoires de vie derrière sa caméra en s’inspirant de ce quotidien, parfois tendre, parfois dur, pour imaginer des trajectoires humaines aux retentissements universels 

 

Mot de la réalisatrice 

« Ce que j’ai trouvé fantastique au-delà de la possibilité de réaliser son film ou pas, c’était le fait de pouvoir travailler avec d’autres femmes, ce qui est assez rare dans le milieu. Et moi personnellement je l’ai vraiment vécu parce que j’ai eu la chance d’avoir été désignée gagnante et j’ai pu voir vraiment cette énergie, cette synergie de femmes autour du film (…) 

Pour la plupart dans l’atelier, on avait un background dans l’audiovisuel, mais c’est vrai que cette formation nous a énormément apporté en termes d’écriture, scénarisation, réalisation et production. Et ça nous a prouvé qu’on avait vraiment besoin de cet espace-là, de ces formateurs pour mieux nous guider, mettre un peu plus de sens sur nos différentes routes. Donc pour moi cette formation a vraiment été très bénéfique. Ce qui nous a permis de mieux comprendre certaines spécificités du métier. A travers mon film, vous verrez que d’autres formations sont nécessaires sur le continent parce qu’il y’a énormément de femmes cinéastes mais aussi des personnes d’autres domaines qui sont très intéressées par le cinéma et qui ont toutes les compétences pour réussir »